La Loi Mobilité reconnaît le vélo comme un mode de transport à part entière

Le 19 novembre dernier le Parlement adoptait définitivement la loi d’orientation des mobilités (LOM) après de nombreuses contributions de l’assemblée et des sénateurs.

Lors de la présentation à la presse de la loi, Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, a rappelé : “L’objectif est simple : des transports du quotidien à la fois plus faciles, moins coûteux et plus propres“.

Après deux années de concertation et les assises de la mobilité la LOM apporte des avancées très attendues, et conforte le vélo comme un mode de transport à part entière. Malgré le très important retard du développement du vélo sur son territoire la France se dote de plusieurs leviers pour permettre de tripler la part modale de la petite reine d’ici 2024 pour la porter à 9 %. Pour Rochefort, cela correspond à un objectif de 11% d’ici 4 ans.

Ainsi les mesures à retenir :

  • l’évolution du code de l’environnement pour :
    • Rendre obligatoire la réalisation de réseaux cyclables complets, continus et sécurisés – y compris hors agglomérations,
    • La réalisation d’aménagements cyclables clairement obligatoire en cas de travaux sur la voirie (amendement Mme Pompili), renforcement de la loi LAURE,
  • interdiction de stationnement de cinq mètres en amont des passages piétons, sauf celui des vélos,
  • la lutte contre le vol et le recel de vélo, en rendant obligatoire l’identification des vélos neufs à partir de 2021,
  • la mise en place facilitée de stationnement sécurisé dans les copropriétés,
  • l’amélioration de la complémentarité vélo/train et vélo/autocar, notamment la création d’obligations en termes de stationnement sécurisé dans les gares et les pôles multimodaux, à l’horizon 2024, ainsi que sur le transport des vélos dans les trains et dans les cars,
  • La création d’un « forfait mobilités durables », une prime vélo défiscalisée jusqu’à 400 euros par an, outil d’incitation à la transition écologique des salariés pour leurs employeurs, lesquels discuteront dorénavant de la mobilité lors des négociations annuelles obligatoires,
  • l’obligation d’accompagner les publicités automobiles d’un message promotionnel encourageant l’usage des mobilités actives et partagées.

Perspectives territoriales

Les échelons communaux et intercommunaux doivent dorénavant créer les toutes les conditions pour que la bicyclette prenne sa place dans la mobilité quotidienne et que les usagers du vélo soient 3 fois plus nombreux en 2024 qu’en 2019. 60% de la population françaises se dit prête à pédaler au quotidien, mais uniquement à condition de disposer d’un véritable “système vélo” ; ceci passera notamment par la sécurisation des déplacements en direction de ce mode.

L’association Vélo Pour Tous est prête à contribuer de manière constructive à ces développements aux côtés de nos élus afin de véritablement commencer à “parler vélo“.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments