L’automobile et nous, la suite…

republication sur le blog de Vélo pour Tous suite erreur de script

Vous avez certainement vu passer l’article publié par Vélo pour Tous la semaine dernière qui vous invitait à écouter la formidable série documentaire diffusée sur France Culture en ce début d’année.

Dans l’épisode n°4 intitulé “La voiture, ou comment s’en passer“, la série présente les expériences de villes ayant franchi le pas du gratuit pour leur réseau de bus. L’objectif poursuivi par elles étant d’augmenter la fréquentation de leur réseau. Pourtant ce n’est pas si simple…

Ainsi, France Culture, radio éclectique, diffusait il y a un an tout juste un article sur les limites de la gratuité des transports en commun ; car en effet, comme l’explique Frédéric Héran, que Vélo pour Tous accueillait il y a maintenant 3 ans à Rochefort, “l’ensemble des modes de déplacement forme un système et dès qu’on encourage ou décourage l’un d’entre eux, c’est l’ensemble de la répartition modale qui se recompose, un vrai casse-tête, type Rubik’s cube”. Ainsi, le chercheur fait en quelque sorte le bilan des expériences disponibles aujourd’hui qui démontre que report modal de trafic des transports collectifs, induit par la gratuité, se fait essentiellement depuis les modes actifs en nombre de déplacements.

Autrement dit la fréquentation des transports publics générée par la gratuité des bus se ferait au détriment de la marche et du vélo, ce qui n’est évidemment pas le but recherché.

Ce résultat interroge donc sur les effets potentiellement contre productifs qu’une telle mesure serait susceptible d’avoir sur les modes de mobilité les plus vertueux.

Retrouvez l’article de France Culture :

Bibliographie :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments