Une enquête d’ampleur sur l’usage du vélo en ville

Une enquête d’ampleur sur l’usage du vélo en ville

Sud-Ouest - 18-11-2019

236 habitants et utilisateurs ont répondu au questionnaire national
sur la pratique de la bicyclette. Les enseignements à retenir s’annoncent riches pour la Ville

C’est une enquête d’une ampleur inhabituelle sur l’usage du vélo dans la ville qui est menée sur tout le territoire national, sous l’égide de la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette). Intitulée « Baromètre Parlons des villes cyclables 2019 », cette enquête réalisée depuis le 9 septembre et jusqu’au 30 novembre vise à […]

Lire l’article de Sud-Ouest : cliquer

Prendre connaissance du dossier de presse : cliquer

2 réactions au sujet de « Une enquête d’ampleur sur l’usage du vélo en ville »

  1. Bonjour,

    Vous avez fourni à « Sud Ouest » une photographie fallacieuse pour un article paru le 18 novembre 2019 et signé par David Briand.

    On croit y voir une file de cycliste gênée dans sa progression sur une piste cyclable : cette signification est induite par une légende trompeuse : « Pas toujours évident de pouvoir circuler en toute sécurité en ville ».

    Mais la réalité dit toute autre chose : DES VELOS CIRCULENT SUR des places de parking couleur terre battue. Et le véhicule garé à cheval sur le trottoir LAISSE OBJECTIVEMENT DAVANTAGE d’espace aux cyclistes pour progresser.
    (Qu’on ne s’inquiète pas pour les droits des handicapés physiques : côté trottoir, trois fauteuils roulants peuvent aisément circuler de front.)

    On conclura ce que l’on veut de telles pratiques de communication, d’autant que j’avais déjà alerté l’association pour une précédente utilisation de cette image torturant la réalité.

    Je n’attendais pour tout dire qu’un « Vous avez raison, c’est une erreur : on ne le refera plus ».
    Mais drapé dans sa dignité de chevalier blanc de vélocypédiste, mon interlocuteur ne voyait pas où était le problème. Avouer s’être trompé était au-dessus de ses moyens super-héroïques : c’eût été perdre la face.
    A-t-il récidivé à cause du minuscule accroc que j’avais pratiqué dans sa cape blanche ? sa cape de Défenseur de la Cycliste Veuve et de l’Orphelin en Biclou ? Je ne peux croire une chose pareille… Ce serait trop de petitesse…

    Se tromper est humain, persévérer n’est pas diabolique : c’est juste idiot.

    Je vous adresse mes meilleurs voeux pour 2020 !

    Yann Pellerin

  2. Bonjour Monsieur Pellerin.
    Merci de votre intérêt pour nos activités et votre retour sur cet article du Sud-Ouest.
    Nous avons en effet rencontré la rédaction du journal pour évoquer avec eux l’enquête menée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette dans notre pays cet automne.
    Celle-ci s’est terminée début décembre et avait pour objectif de recueillir l’avis de tout un chacun sur la place du vélo sur le territoire. Vous pourrez retrouver sur notre site un classement des villes de l’agglomération et les commentaires laissés par les participants (les résultats finaux seront connus début février).
    A l’occasion de l’échange que nous avons eu avec Monsieur Briand, nous avons été amené à parler de divers sujets comme la place trop faible accordée au vélo sur le territoire selon Vélo pour Tous.
    La photo qui illustre cet article n’a pas été fournie au journal à cette occasion ; celui-ci a dû pioché dans sa base de données. Celle-ci a été prise par notre association Boulevard Aristide Briand. Elle fût utilisée il y a quelques années pour illustrer un article qui avait trait à une action de communication nous avions mené à l’époque. Cette photo, je vous l’accorde n’était pas des plus signifiantes à l’époque.
    Elle n’est pas des plus appropriée non plus pour l’article du 18 novembre et nous allons demandé à Sud-Ouest de retirer la photo de ce véhicule que je crois comprendre vous appartenir pour toute nouvelle illustration.
    Dans nos propos et nos actions, nous ne souhaitons pas opposer les usagers car nous utilisons tous, à priori, des modes différents de déplacements aux différents moments de la journée ou dans nos vies au grès de nos envies, besoins ou capacités.
    Cependant, il nous paraît utile de mettre en avant, collectivement et dans l’intérêt de tous, la nécessité que revêt la facilitation d’une mobilité moins carbonée.
    Je vous souhaite également une excellente année 2020 et serais ravis de pouvoir discuter avec vous de vive voix.
    Vous pourrez nous retrouver, si vous le souhaitez, à notre assemblée générale qui se tiendra le 31 janvier prochain au Palais de Congrès de Rochefort.

    Pour le Conseil d’administration de Vélo pour Tous (en pays rochefortais),
    Le président,
    Hervé LE BERRE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils